Chaque semaine, je te présente une femme qui m’inspire et me donne le sourire.

1. Tu fais quoi dans la vie et pourquoi ?
Je suis la fondatrice de Stiipe. Dans le cadre de mon travail je forme, coache et conseille des entrepreneur-es solos et des freelances en quête d’une entreprise épanouissante et rentable, en mettant au centre l’Humain avec un grand H ; c’est à dire eux-mêmes mais aussi leurs clients, partenaires, collaborateurs, etc. Plus spécifiquement, je les aide à se (re)positionner sur leur marché, dans le cas des entrepreneur-es et freelances déjà lancé-es qui ne se sentent plus vraiment alignés avec ce qu’ils font ou pour qui ils le font. J’aide aussi les personnes qui, quant à elles, ne sont pas encore lancées. Ces personnes sont généralement en phase de reconversion ou en transition pour abandonner leur job salarié.

Comme je le disais un peu plus haut, la raison pour laquelle j’ai créé Stiipe est de permettre aux gens de se sentir épanouis et indépendants financièrement grâce à une entreprise impactant le monde grâce à leur vision unique. L’objectif étant aussi d’inspirer autrui dans cette démarche. Ainsi chacun peut être ainsi plus ouvert aux autres et aux questions sociales et sociétales auxquelles nous devons toutes et tous faire face.

Par ailleurs la montée de l’entrepreneuriat solo et la fausse impression qu’ont les débutants qu’il faut être cheap pour travailler est un signe de régression de notre société. Je ne souhaite pas que les solos deviennent des travailleurs pauvres. Leur donner les méthodes, outils et soutien pour être plus confiants et performants en tant qu’entrepreneur-es est donc la réponse que Stiipe souhaite apporter.

2. Quelles sont tes valeurs ?
Mes valeurs pro et perso sont l’attention aux autres, l’écoute de l’intuition, la transparence, le challenge, la positivité et le respect. Sans parler de la dimension Humaine en général qui compte énormément à mes yeux et dont nous avons tous infiniment besoin.

3. Ça veut dire quoi pour toi « self care » et comment le pratiques tu ?
Cela m’évoque tout simplement le fait de prendre soin de soi. Je le pratique en ce moment en me reposant le plus possible, en essayant de ne pas me sentir coupable de le faire. Le mois Novembre étant un mois un peu particulier avec ce gros changement de température. Cela fatigue et donne envie de se cocooner. Sinon j’adore méditer et je suis une immense fan de musculation, que je pratique depuis l’âge de 20 ans (donc depuis plus de 17 ans).

4. Plutôt Troyes ou New York ?
Ni l’un ni l’autre. Les deux sont absolument incomparables et sont dans ma vie pour des raisons totalement différentes.

J’aime Troyes car il y a la majorité de ma famille (ma maman, ma petite soeur, mon neveu et ma nièce) ; ma grande soeur est quant à elle à Paris (ce qui reste proche de Troyes). J’aime NYC car c’est un monde passionnant et totalement à part et j’y suis souvent car mon compagnon qui est américain y vit. 

Par contre 2020 (ou 2021) risque d’être synonyme de changement côté localisation. Mais aucune idée de l’endroit où mon compagnon et moi atterriront.

5. Que fais tu de temps libre ?
Je profite des gens que j’aime, je bouquine, je fais du sport, je me balade, je mange, je danse, je dors, je bois des verres,… Aussi j’adore ne rien faire du tout parfois. Des trucs très classiques !

Evidemment si je suis en vacances j’adore voyager seule ou avec mon compagnon. Cela me permet d’être totalement déconnectée de mon quotidien et m’aide à prendre du recul sur moi et mes envies. Par ailleurs, c’est idéal pour se ressourcer et s’ouvrir l’esprit. Comme pour beaucoup le voyage est une passion !

6. Quel conseil donnerais tu à un(e) entrepreneur(e) qui se lance ?
Mon conseil numéro 1 est de développer un esprit critique et surtout d’être ouvert sur l’extérieur. Rester enfermé-e dans ses idées ou sa vision est la meilleure façon de ne jamais les voir prendre vie. Il faut être en capacité de se confronter à autrui (et notamment avec les clients que l’on vise) si on veut créer quelque chose de vraiment pérenne. 

Par ailleurs, je conseillerais aussi de toujours s’écouter et d’aller vers ce que l’on aime vraiment, même si on ne maîtrise pas. Tout s’apprend de toute façon.

Pour finir, Je conseillerais aussi de ne pas aller vers la facilité ou l’opportunité dénué de sens profond. Car cela risque d’aboutir à un désalignement qui ne sera ni favorable à la personne qui se lance ni à ses possibilités de succès.

Merci Emilie de t’être prêtée au jeu.

Retrouvez là sur Instagram ou sur son site.